Le Joaillier du couteau,couteaux d art de prestige et d exception,couteaux haut de gamme,atelier de coutellerie fine, lame damas, pierre precieuse, or, argent

Le Joallier du couteau

Il y a 22 Créations

Couteaux d'exception Laguiole
COUTEAUX D'ARTS LAGUIOLE D'EXCEPTION, RÉALISÉ EN LAME ET MITRES DAMAS, TITANE OU ARGENT MASSIF

Le couteau pliant était utilisé couramment dans la région de l’Aubrac. Pendant le XIXe siècle, les aînés partaient travailler la saison d’hiver en Catalogne en tant que tâcherons et scieurs de long. Certains de ces travailleurs saisonniers revenaient de Catalogne en Rouergue en rapportant le couteau navaja espagnol, dont le couteau Laguiole prend sa lame de forme yatagan et son manche effilé.

Le couteau de Laguiole est un couteau pliant à cran forcé, il ne dispose donc pas de cran d'arrêt qui bloque totalement la lame et Il n'y a généralement pas de mécanisme de blocage de la lame sauf pour certaines pièces sur mesure avec liner look ou cran de fermeture à pompe.

La forme actuelle du laguiole remonte aux années 1860, à ses débuts sa mouche était lisse, soit en spatule, losange, carré, ou ovale. Sa forme est alors grossière et la finition plus rustique. Entre 1880 et 1910 les mouches évoluent et deviennent ornées de trèfles, fleurs, et les ressorts sont guillochés à la lime. L'abeille apparaît en 1908 - 1909 et le couteau Laguiole est orné d'un décor d'abeille et ses ressorts de feuilles de chêne.

Plusieurs légendes existent autour de cette abeille. En réalité, la mouche est un terme technique de coutellerie qui désigne la partie métallique excédante à l'extrémité du ressort avait une fonction utilitaire qui était d'arrêter la lame en position ouverte. Non décorée à l'origine, on prit progressivement l'habitude de façonner dessus un motif de trèfle dans les années 1880, d'abeille, de fleur de lys ou de feuille de sauge.

C'est à partir de la fin du XIXème siècle que la croix du berger apparaît sur le manche des couteaux Laguiole, le catholicisme étant très pratiqué dans la région aveyronnaise, la Croix du berger était utilisée comme oratoire pour la prière, en plantant la lame du couteau dans le pain ou lorsque les bovins des du plateau de l'Aubrac migraient en montagne, le voyage des bergers duraient plusieurs jours, d'où l'invention de ce chapelet de substitution.